Les Ô troubles

Les Ô troubles

Savoie, Une montagne de Légendes, de L. Chavoutier, aux éditions La Fontaine de Siloé poche, juin 2010

« Tous les pays qui n’ont plus de légendes seront condamnés à mourir de froid… »

 

 Savoie montagne de légendes.gif

 

Mais, pourquoi diable aborde-t-elle cette œuvre ici ? Elle donne dans le terroir maintenant ?

        Rassurez-vous, c’est bien autre chose… (Et puis de toute façon, 'no me importa un comino' !). Cet ouvrage a pour intérêt de souligner à quel point, pendant des siècles, les contes jouaient un rôle primordial dans les sociétés humaines (et plus encore dans les régions isolées et dangereuses comme les terres de la maison de Savoie). Il est impressionnant de lire ces textes qui regorgent d’informations sur les croyances d’une époque, et bien plus…

 

Diable Bessans 5.jpg

 

        Amoureuse des reliefs dangereux, c’est lors d’un tout récent voyage sur leurs cimes que j’ai dégoté ce petit bouquin sans prétention. Le blues du retour…et me voilà nostalgique entre les pages…Mais, rapidement, c’est le récit qui prend le dessus. L’auteur y souligne avec amour à quel point les légendes magnifient et construisent, laissent à l’esprit son libre arbitre tout en lui exposant de sublimes métaphores….

Voici un thème fabuleux ; la légende… Non pas la morale, non pas le mythe ni la religion, mais bien le récit doux et riche qui hante les veillées. Son ombre s’empare du paysage pour le décrire forgé par le Diable, résonnant des échos d’un esprit égaré, guérissant de l’incurable…Nés bien avant l’électricité et son abrutissante lueur carrée, ces textes sont un mode d’expression des peurs, des espoirs et des souhaits, en dehors des sentiers battus de la religion, de l’histoire ou de l’éducation.

 

Diable Bessans 3.jpgDiable Bessans 4.jpg

 

        Bien plus que d’être seulement plaisants ou distrayants, ces récits sont de véritables mines de renseignements, notamment sur la peur. L’auteur met en avant l’intérêt de ces textes pour le quotidien des siècles, tout en soulignant leurs liens étroits avec la culture populaire.

Ainsi, les contes s’inspirent ou réutilisent les épisodes historiques. Ce sont, par exemple, les pas d'Hannibal qui forgèrent de nombreux reliefs. Les grands noms tels celui de Gargantua, ogre aux proportions en phase avec le paysage, sont aussi monnaie courante, et ce dernier ne serait d'ailleurs pas innocent à propos du relief escarpé.

De même, ces textes sont d’une utilité remarquable pour qui cherche à faire un peu de toponymie. Le pont du Diable de Bessans valut à ce dernier une franche humiliation, lui qui ne demandait que l’âme de la première personne à franchir la voie. Il lui est aussi arrivé de demander le premier-né, l’affaire s’achevant sous un rocher. Le saut de la pucelle exprime quant à lui le désespoir de celle qui ne dû son salut qu’aux forces divines.

 

Diable Bessans 2.gifDiable Bessans 1.jpg

 

        Souvent sombres, ces textes servent un imaginaire riche, ponctué d’angoisse et d’inconnu. Les puissances souterraines en pays alpins effraient, la légende les apprivoise…Ainsi, la Savoie a elle aussi ses Sodome et Gomorrhe. Bien souvent atrocement détruites pour leurs fautes, ces villes avertissent depuis leurs ruines du risque encouru par ceux qui flirtent avec Belzebuth et ses péchés si tentants. Parfois, des paroisses englouties, dont le son lugubre des cloches remonte des profondeurs obscures d’un lac, augurent le mal et en rappellent les dangers.

 

        De même, dans ce monde clos, les métiers itinérants et leurs colporteurs sont intrigants et rapidement un fait étrange, des paroles mystérieuses ou une tâche bien trop vite accomplie leur valent d’être suspects…une âme se vend si bien au Diable…

 

        Le bestiaire alpin est lui aussi source d’effroi, loup, ours et bouquetins à l’allure si proche de celle du Malin, sont sujets à discussion…et si cet animal cornu, qui danse sur le flanc des montagnes la nuit d’une mort, ne faisait que venir chercher l’âme du défunt ? Et si ces jeunes filles disparues n’étaient autres que les victimes d’un dragon sanguinaire… ?

 

        Enfin, rassurez-vous, plusieurs textes sont remarquables par leur pureté et leur magie, comme ceux qui nous font part de la naissance des edelweiss… De même, le fond de l’ouvrage nous permet de ressentir la puissance de ces rocs millénaires, leur lumière et leur obscurité, leur force et leur puissance, leur beauté et leur danger…

 

Diable de bessan 6.jpg

 

        En ce qui concerne l’auteur, on ne peut que le remercier de nous transmettre ce savoir, si riche et si plaisant. Il cherche à rendre son propos accessible. (Propos qui se perdraient s'ils n'étaient pas transmis ainsi aujourd'hui). Cependant, si je peux me permettre, il n’est pas toujours très clair malheureusement…pris dans son récit, il en oublie parfois que nous ne sommes pas tous savoyards ! Mais comment lui en vouloir, lui qui, l’espace de quelques pages, a fait souffler dans ma tête les doux parfums de l’altitude…

 

Bessans.JPG



02/11/2013
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres